Le projet LIFE Espèces marines mobiles

L’Office français de la biodiversité coordonne le projet LIFE Espèces marines mobiles qui vise à stopper ou inverser la perte de population de 23 espèces marines d’ici 2030.

  • Durée du projet : 2024-2030 (7 ans)
  • Porteurs : OFB (coordination) et 12 partenaires

Présentation du projet LIFE Espèces marines mobiles

      Le projet LIFE Espèces marines mobiles vise à réduire les principales causes de mortalité de 23 espèces protégées sur les façades métropolitaines. Trois principales causes de mortalité sont ciblées par ce projet : la mortalité dans les engins de pêche, les sources de dérangements, les pertes et dégradations des habitats fonctionnels.

      Il est doté d’un budget total de 21,8 M€, dont 66 % sont financés via le programme LIFE de l’Union européenne et 32 % par le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires. Le programme LIFE vise à soutenir des projets dans les États membres pour la mise en œuvre de la législation et des priorités stratégiques en matière d’environnement et de climat depuis 1992.

      Cibles

      • Structures professionnelles de pratiques de loisirs
      • Opérateurs de Whale watching
      • Pratiquants de sport et loisir de nature
      • Pêcheurs professionnels
      Séminaire de lancement du LIFE Espèce marines mobiles. Crédit photo : Charlotte Dissez / OFB

      Les espèces concernées par le LIFE Espèces marines mobiles

      Oiseaux marins et limicoles

      • Barge à queue noire (Limosa limosa)
      • Huîtrier pie (Haematopus ostralegus)
      • Mouette tridactyle (Rissa tridactyla)
      • Macareux moine (Fratercula arctica)
      • Pingouin torda (Alca torda)
      • Puffin des Baléares (Puffinus mauretanicus)
      • Puffin Yelkouan (Puffinus yelkouan)
      • Sterne de Dougall (Sterna dougallii)
      • Fou de Bassan (Morus bassanus)
      • Gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus)
      • Guillemot de Troïl (Uria aalge)
      • Sterne pierregarin (Sterna hirundo)

      Tortues marines

      Elasmobranches

      • Ange de mer commun (Squatina squatina)
      • Raie blanche (Rostroraja alba)
      • Aiguillat commun (Squaluas acanthias)
      • Requin renard (Alopias vulpinus)
      • Requin peau bleue (Prionace glauca)

      Mammifères marins

      Barge à queue noire (Limosa limosa). Crédit photo : Stéphane Beillard
      Tortue Caouanne (Caretta caretta). Crédit photo : Mathieu Foulquié

        Les objectifs du projet LIFE Espèces marines mobiles

        Le projet LIFE Espèces marines mobiles repose sur 3 objectifs principaux :

        Restaurer activement les habitats fonctionnels des oiseaux marins

        Cet objectif se décline en trois sous actions :

        • Lutte contre la prédation par les espèces introduites et domestiques au niveau des sites de prédation
        • Dépollution de la colonie de fous de Bassan des 7 îles visant à réduire les mortalités par enchevêtrement
        • Restauration active de sites intertidaux d’alimentation des oiseaux marins côtiers

        Réduire les dérangements des espèces et les mortalités induites et renforcer les protections spatiales

        Cet objectif se décline en 4 sous-actions :

        • Renforcer et déployer les dispositifs d’engagement pour réduire les dérangements et les mortalités induites des oiseaux et mammifères marins vis-à-vis des activités de loisirs
        • Tester une méthode de gestion de la fréquentation pour diminuer le dérangement des espèces et respecter la capacité de charge
        • Réduire les dérangements et autres pressions affectant les habitats fonctionnels d’importance pour les espèces marines mobiles en complétant le réseau d’aires marines protégées et de zones de protection fortes
        • Développer des outils numériques pour diffuser des informations spatialisées sur la règlementation et la sensibilité des espèces auprès des usagers

        Réduire les mortalités dans les engins de pêche

        Cet objectif est structuré en 3 sous actions :

        • Réduire les captures accidentelles en testant des techniques ou des pratiques de réduction
        • Réduire la mortalité des espèces marines mobiles liée à la pêche fantôme et aux engins de pêche perdus
        • Réduire la mortalité des espèces via le déploiement des mesures à large échelle

        Ces différentes actions seront menées sur un ensemble de sites pilotes à l’échelle des 3 façades métropolitaines, à travers un réseau de partenaires institutionnels, associatifs et privés, avec un ancrage territorial important. Côté OFB, 6 agents seront dédiés à la coordination nationale du projet, et s’articuleront avec une dizaine d’agents dans les parcs naturels marins et les délégations de façades maritimes.

        Le suivi des résultats du projet se basera sur l’ensemble des données recueillies pour :

        • Evaluer l’impact du projet sur les espèces cibles et produire un tableau de bord pour chaque espèce
        • Evaluer l’impact socio-économique du projet
        • Gérer et bancariser les données du projet

        Enfin, une large dissémination des résultats sera assurée pour garantir la durabilité et la réplication sur d’autres sites et à grande échelle, à travers les actions suivantes :

        • Développer et coordonner une stratégie de communication et de dissémination intégrée à l’échelle du projet
        • Organiser les séminaires et conférences du projet et les actions de networking et de dissémination à l’échelle nationale, européenne et internationale
        • Plaidoyer visant à encourager les décideurs à une meilleure prise en compte des enjeux des espèces marines mobiles
        • Rédiger un plan After-LIFE MMS
              Ange de mer commun (Squatina squatina). Crédit photo : Andy Murch / Biosphoto
              Phoque gris (Halichoerus grypus). Crédit photo : Gilles Martin

              Partenaires et gouvernance

              Le projet LIFE Espèces marines mobiles est porté par un consortium de 13 participants :