Ce qu'il faut savoir sur l'influenza aviaire

Page mise à jour le 07/04/2022

L’influenza aviaire est une maladie grave des oiseaux sauvages, captifs ou domestiques. Cette maladie très contagieuse et souvent mortelle pour les oiseaux est réglementée par le ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation (MAA), en lien avec le ministère de la Transition écologique (MTE). Elle peut parfois représenter un risque pour l’homme, mais cela n’a pas été le cas en Europe depuis 2007.

Un épisode encore plus grave en 2021/2022 ?

Après un épisode 2020/2021 très meurtrier, surtout en élevage en France et au Nord de l’Europe pour la faune sauvage, l’épisode 2021/2022 est reparti de plus belle, et a pris des proportions hors de commun pour les filières avicoles, d’abord dans le Sud-Ouest et maintenant dans le Grand Ouest
Pour la faune sauvage, c’est toujours le Nord de l’Europe qui paie le plus lourd tribut. A noter en France : 1 cluster particulier (nov-déc 21 particulièrement au lac de Madine et alentours (dép 55 et 54), pendant l’hiver c’était l’Est qui a été le plus touché, et depuis quelques semaines l’Ouest semblait concentrer les cas, mais avec les migrations remontantes l’Est n’est pas épargné.
La vigilance reste en vigueur, le niveau de risque est toujours élevé.

Le H5N1 qui sévit actuellement ne présente pas de risque pour l’homme.

Que sait-on sur l'influenza aviaire ?

Le territoire français est souvent confronté à des menaces d’influenza aviaire, soit sur les oiseaux sauvages, soit sur les élevages domestiques, voire sur les 2 secteurs. Voici quelques informations sur cette maladie.

  • Les enjeux liés à l'influenza aviaire - Les enjeux concernant l’IA et présentés dans le document ci-joint concernent la santé humaine, les impacts agricoles, les impacts sur les oiseaux migrateurs, et les impacts cynégétiques.

En savoir plus (ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation) 

Suivi de la situation épidémiologique sur la faune sauvage en France

La surveillance de l’influenza aviaire (IA) sur la faune sauvage a été déléguée par le MAA à l’OFB, et s’appuie sur le réseau SAGIR.
Elle s’adapte au niveau de risque IA en vigueur.

La principale action de surveillance événementielle consiste à collecter les oiseaux sauvages trouvés morts, afin de les faire analyser en laboratoires.
Les espèces présentant le plus grand intérêt épidémiologique sont les anatidés, les laridés, les rallidés, et actuellement les échassiers et les rapaces.
L'OFB remercie tous les observateurs et les collecteurs d’oiseaux qui participent à la surveillance.

La réglementation de la lutte contre l’influenza aviaire

L’IA est une maladie réglementée. Selon l’intensité de la menace, la réglementation prévoit 3 niveaux de risque : négligeable, modéré ou élevé (Voir l'arrêté du 16 mars 2016).

Le niveau de risque est toujours élevé sur l’ensemble du territoire métropolitain, depuis le 4 novembre 2021 (Voir l'arrêté du 4 novembre 2021).

La feuille de route influenza aviaire 2021

Face à la répétition des épisodes épizootiques, le ministère de l’agriculture a travaillé avec les différents acteurs pour trouver des solutions durables face au risque influenza aviaire : Feuille de route influenza aviaire 2021 - Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation

L’impact sur la chasse

En cas de présence d'IA sur notre territoire, les modalités générales de chasse ne sont pas modifiées, y compris pour le gibier à plumes.

Par contre, elles peuvent être modifiées par arrêté préfectoral en cas de suspicion ou de diagnostic confirmé sur un territoire.

Nous sommes dans l'attente d'une évolution de l'Arrêté ministériel et de l'instruction consécutive concernant les particularités de la chasse au gibier d'eau avec appelants, et des lâches de gibier à plumes.

Tout savoir sur la réglementation pour les appelants

Les compétences des agents de l'OFB

Les agents de l’OFB ont des compétences pénales et administratives pour agir en police sanitaire, attribuées par le code rural.

vignette_67_33
Agent de l’OFB participant aux investigations lors de l’épisode massif de mortalités d’oiseaux dans la baie du Mont St Michel (fév 2021). Crédit photo : Philippe Pacouil / OFB
texte_p_67_33

Ainsi, ils sont impliqués dans le réseau SAGIR (collecte des oiseaux morts pour la surveillance notamment de l’influenza aviaire).

Ils participent aux décisions départementales en cas de foyer (agricole) et/ou de cas (sauvage), dans lesquelles ils sont souvent cités pour orienter la surveillance des oiseaux morts dans la zone réglementée.
Ils réalisent des contrôles sur les conditions d’utilisation des appelants, sur les lâchers de gibier à plumes et sur les restrictions en matière de chasse. Quand c’est la période, certains agents sont mobilisés pour les comptages d’oiseaux, en lien avec l’Unité avifaune migratrice de la DRAS de l’OFB, et plusieurs agents sont également bagueurs d’oiseaux, suite à leur qualification par le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN).

Situation exceptionnelle du printemps 2022 dans les Pays de Loire

Face à la catastrophe agricole de ce printemps, les capacités locales d’équarrissage des volailles mortes ou détruites ont été débordées. Pour pallier l’accumulation des cadavres et des animaux malades, des modalités d’enfouissement ont été provisoirement mises en œuvre. Les SD de l’OFB ont été sollicités pour collaborer afin que ces nouvelles fosses aient le moins d’incidence possible sur l’environnement.