Le projet RESOBLO

L’Office français de la biodiversité pilote le projet RESOBLO (2020-2023) qui vise à améliorer les connaissances sur les usages de loisirs à l’échelle de quatre parcs naturels marins.

vignette_67_33
Kitesurf et planche à voile sur la plage de Wimereux. Crédit photo : Charline Fisseau / OFB
texte_p_67_33


Les activités de loisirs dans les parcs naturels marins peuvent être très nombreuses et diversifiées en fonction des territoires.
Elles sont en général mal connues alors que de nouvelles pratiques apparaissent régulièrement et posent la question de leurs interactions avec les enjeux des parcs naturels marins, notamment en termes de fréquentation, d’inscription spatiale et d’effets sur l’environnement.

Pour répondre aux besoins locaux d’amélioration des connaissances sur les usages de loisirs, le projet RESOBLO (RESeau d’OBservatoires des usages de LOisirs dans les parcs naturels marins) a vu le jour en 2020.

Il concerne quatre parcs naturels marins gérés par l’Office français de la biodiversité :

Trois objectifs principaux ont été identifiés : instaurer une démarche pérenne de recueil de données, développer les échanges entre les parcs sur cette thématique et mutualiser les connaissances et leurs méthodes d’acquisition.

RESOBLO répond à des enjeux multi-échelles. Il s’inscrit dans la mise en œuvre des objectifs des plans de gestion de chaque parc mais également dans la mise en œuvre des directives européennes de préservation du milieu marin (Directive Cadre Stratégie pour le Milieu Marin, Directive Habitats-Faune-Flore, Directive Oiseaux).

Il est coordonné par la direction des aires protégées, avec une double finalité : fédérer les parcs autour de cette thématique et assurer la transférabilité des résultats aux autres aires marines protégées.
Quatre agents de l'OFB sont mobilisés : un coordonnateur national et chargé de projet basé au Parc naturel marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis et de 3 chargés de projet pour la déclinaison des actions dans les autres parcs concernés.

Le coût total du projet s’élève à 734 874,20 € TTC, dont 75% d’aide FEAMP (Fonds Européens pour les Affaires Maritimes et la Pêche) sollicitée, soit 551 155,70 €.

Crédit photo : Aurélie Essartier / OFB
Crédit photo : François David photographe
Crédit photo : Quentin Hejda / OFB

Un projet en trois volets

VOLET A - Phase préparatoire

  • Définition des objectifs locaux
  • Identification des problématiques communes
  • Identifier les partenaires
  • Identifier les bases de données
  • Identifier les traitements et les analyses
  • Animation d’un réseau inter-parcs

VOLET B - Mise en œuvre des campagnes d’observation

  • Caractériser spatialement et temporellement les activités de loisirs
  • Comprendre les dynamiques des espaces de pratique
  • Evaluer les pressions
  • Connaître les usagers et leurs pratiques

VOLET C - Valoriser les données et pérenniser le renseignement des indicateurs

  • Définition d’un état 0
  • Calcul des indicateurs et scénarios de gestion
  • Consolidation des protocoles communs
  • Conception d’un guide à destination des gestionnaires d’aires marines protégées

Le volet A s’est achevé fin 2020 et les campagnes d’observation prévues dans le volet B ont commencé à l’été 2021. Plusieurs actions d’observations ont été mises en œuvre. Les premiers survols aériens ont été réalisés pour déterminer la spatialisation des activités sur les estrans et en mer. D’autres survols sont également prévus jusqu’au printemps 2022.
En parallèle, des enquêtes auprès des usagers, des comptages sur site ou encore le recensement des prestataires d’activités nautiques ont été réalisés pour acquérir les données nécessaires à la mise en place de mesures de gestion dans les parcs.

Ces données seront regroupées dans des bases de données mutualisées pour produire des analyses comparatives, des référentiels et des indicateurs communs. À terme, elles permettront d’orienter les actions mises en place dans les parcs naturels marins et d’aider les autres aires marines protégées dans la mise en œuvre de démarches d’observation pour ces activités.

Crédit photo : L'Europe vue du ciel et OFB