La réserve de chasse et de faune sauvage de Terres d'Oiseaux

L'Office français de la biodiversité est co-gestionnaire de la réserve de chasse et de faune sauvage (RCFS) de Terres d'Oiseaux en Nouvelle-Aquitaine.

Terres d’oiseaux se situe en rive droite de l’estuaire de la Gironde, sur la commune de Braud-et-Saint-Louis, dans le nord du département de la Gironde (33).

vignette_67_33
texte_p_67_33

D’une surface d’environ 130 hectares, cette réserve de chasse et de faune sauvage a été créée en 2008.

En 2002, la commune de Braud-et-Saint-Louis en devient propriétaire et l’année suivante, une convention de gestion tripartite est signée avec l’Office français de la biodiversité et la Communauté de Communes de l’Estuaire.
Pendant plusieurs années, les milieux ont été progressivement restaurés, des aménagements favorables à la biodiversité ont été réalisés et une structure adaptée à l’accueil du public a été créée. Le réserve est ouverte au grand public depuis 2010.

Les visiteurs peuvent découvrir la réserve grâce à 4 boucles pédestres conduisant à 12 observatoires. Une tour d’observation panoramique, 3 plateformes de lecture du paysage et 1 tonne de chasse reconvertie offrent d’autres possibilités d’observation.

La réserve de Terres d’Oiseaux est incluse dans la Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF) du « Marais de Braud-St-Louis et de la Vergne et Estuaire de la Gironde » et une partie est incluse dans le site Natura 2000 « Marais du Blayais » (directive Oiseaux).

Habitats et espèces de la réserve

Située dans la vaste zone humide du marais du Blayais, la réserve est en lien direct avec l’estuaire de la Gironde, à proximité d’une importante zone de pêche civelière, et se trouve sur l’axe migratoire atlantique de l’avifaune. Elle représente en cela des enjeux particulièrement forts pour la biodiversité terrestre et aquatique.

Le site abrite aujourd’hui de nombreux habitats remarquables, révélant la capacité de ces milieux à se régénérer. Il se compose en particulier de 40 ha de roselières, 35 ha de prairies humides (mésophyles à hydrophiles), 19 ha de milieux aquatiques (plans d’eau et canaux) et de 6 ha de boisements.

Les roselières présentent un intérêt patrimonial important puisqu’elles sont en régression constante en Europe du Nord et qu’elles abritent des espèces d’oiseaux spécifiques. Les prairies humides présentent également un fort intérêt, notamment pour les limicoles et les passereaux.

De très nombreuses espèces animales et végétales sont présentes sur la réserve. Par exemple, plus de 145 espèces d’oiseaux ont été recensées depuis 2003 telles le Gorgebleue à miroir qui niche sur le site, le Butor étoilé ou encore le très menacé Phragmite aquatique.

Plus de 17 espèces de poissons marins et estuariens ont été observés, dont l’Anguille européenne.

L'OFB, co-gestionnaire de la réserve de chasse et de faune sauvage de Terres d'Oiseaux

Trois grands objectifs ont été définis sur Terres d’Oiseaux :

  • La restauration et la conservation des habitats et des espèces ;
  • L’amélioration des connaissances que ce soit sur le fonctionnement de ces milieux ou les espèces qui s’y trouvent ;
  • La sensibilisation à l’environnement.

L’Office français de la biodiversité est en charge de la gestion des habitats et de la faune sauvage. La Commune de Braud-et-Saint-Louis, propriétaire foncier, assure la maîtrise d’ouvrage de la gestion globale du site. La Communauté de Communes de l’Estuaire porte les actions de sensibilisation à l’environnement.

Deux premiers plans de gestion (2008-2010 et 2012-2016) ont cadré les différentes actions conduites. Un troisième plan est en cours de rédaction.

vignette_67_33
texte_p_67_33

L’OFB conseille et apporte un appui technique à l’aménagement du site afin qu’il soit le plus favorable possible à la faune sauvage.

Il réalise différents suivis afin d’une part d’évaluer l’efficacité des actions conduites sur le territoire et d’autre part d’apporter de la connaissance dans le cadre de programmes nationaux.
Ainsi, par exemple, plus de 2 600 Bécassines des marais ont été baguées depuis 2006 (1er site de bagage de l’espèce en France), plus de 800 Sarcelles d’hiver depuis 2003 et plus de 22 000 passereaux paludicoles (64 espèces) depuis 2004.

L’établissement a également conduit une étude hydraulique destinée à améliorer les échanges d’eau entre le site et l’estuaire de la Gironde. Des suivis piscicoles, réalisés à intervalles de temps réguliers, permettent de démontrer les effets bénéfiques des nouvelles modalités de gestion mises en œuvre.

Des partenariats ont été établis avec le Conservatoire des races d’Aquitaine (préservation de races anciennes tout en assurant un entretien « doux » des milieux) et l’Association pour la Recherche Ornithologique pour le Baguage en Aquitaine (AROBA).

Réglementation dans la réserve

La réserve étant totalement clôturée, son accès est réglementé et il est interdit aux visiteurs de sortir des sentiers balisés. La chasse y est interdite.