La réserve naturelle nationale d’Iroise

L'Office français de la biodiversité est gestionnaire de la réserve naturelle nationale d’Iroise en Bretagne.

vignette_67_33
La réserve naturelle nationale d’Iroise. Crédit photo : Hélène Mahéo / OFB
texte_p_67_33

La réserve naturelle nationale d’Iroise a été créée par le décret ministériel n°92-1157 du 12 octobre 1992. Son périmètre initial couvrait le domaine terrestre des îles de Bannec, Balanec et Trielen, ainsi que leurs îlots satellites, totalisant une superficie d’environ 40 hectares.
En septembre 2021, la réserve est étendue, par le décret n°2021-1149, à l’ensemble des îles et îlots de l’archipel de Molène ainsi qu’à leurs estrans, du domaine terrestre jusqu’aux limites des plus basses mers de vives eaux, à l’exception des parties terrestres et estrans de l’île Molène et de son Ledenez Vraz, et des parties terrestres de l’île de Quéménès et de son grand ledenez.

Elle s’étend aujourd’hui sur environ 1 129 hectares, répartis entre 121 hectares de domaine terrestre et 1008 hectares de domaine public maritime. L’île de Béniguet, propriété de l’Office français de la biodiversité et classée réserve de chasse et de faune sauvage en 1993, est désormais intégrée à la réserve naturelle.

Les îles et îlots de l’archipel de Molène présentent un intérêt patrimonial incontestable, largement reconnu depuis de nombreuses années, comme en témoignent les différents outils de protection existants sur le territoire : sites classés, zone de protection spéciale et zone spéciale de conservation (sites Natura 2000 « Ouessant – Molène »), réserve de biosphère des îles et de la mer d'Iroise, Parc naturel régional d'Armorique, Parc naturel marin d'Iroise...

Habitats et espèces de la réserve

Exemptes de prédateurs terrestres, et relativement préservées de la fréquentation humaine par rapport au littoral continental, les îles de la réserve naturelle nationale d'Iroise sont considérées comme une zone refuge pour de nombreuses espèces.

Les îlots de l’archipel constituent un site majeur pour la reproduction des oiseaux marins et limicoles côtiers. Neuf espèces d’oiseaux marins ainsi que deux espèces de limicoles côtiers s’y reproduisent annuellement :

  • l'océanite tempête,
  • le puffin des Anglais,
  • le grand cormoran,
  • le cormoran huppé,
  • les goélands argenté, brun et marin,
  • les sternes naines et pierregarin.
  • le grand gravelot,
  • l'huîtrier-pie.

Pour certaines de ces espèces, les effectifs atteignent des niveaux d’importance nationale. La réserve revêt en effet une importance toute particulière pour l’océanite tempête, le puffin des Anglais ou encore le grand gravelot, puisqu’elle accueille respectivement 75 %, 20 % et 25 % des effectifs nicheurs français.

L’archipel accueille par ailleurs la première colonie française de phoques gris, avec environ 60 % des effectifs nationaux en période de mue. Il est également le deuxième site français en nombre de naissances, avec de 10 à 20 naissances par an.

Au-delà des espèces animales, la végétation terrestre des îlots, adaptée aux vents et aux embruns, présente un caractère original et remarquable, avec parfois d’importantes stations d’espèces protégées, comme le chou marin.

Les végétations de falaises littorales, les pelouses de dunes fixées et la végétation des hauts de cordons de galets constituent les habitats terrestres les plus représentés sur l'ensemble des îles.

Les estrans abritent également des habitats intertidaux remarquables, tels que les champs de blocs et les herbiers de zostère.

Ces milieux extrêmement productifs participent par ailleurs de manière importante à l’accueil de l’avifaune et des phoques gris.

Goéland marin. Crédit photo : Hélène Mahéo / OFB
Phoques gris. Crédit photo : Laëtitia Beauverger
Armérie maritime. Crédit photo : Hélène Mahéo / OFB

L'OFB, gestionnaire de la réserve naturelle nationale d'Iroise

La gestion de la réserve naturelle nationale d’Iroise est confiée au Parc naturel marin d’Iroise depuis le 1er octobre 2016. Le service départemental de l'OFB du Finistère vient en appui du Parc dans la gestion de la réserve étendue.

Un nouveau plan de gestion, répondant aux enjeux de conservation identifiés, va être élaboré pour la réserve étendue. Dans l’attente, et dans la continuité du plan de gestion 2014-2023, le Parc développe des actions dans les différents domaines d’activité de la réserve : connaissance et suivi continu du patrimoine naturel, surveillance du territoire et police de l’environnement, interventions sur les milieux naturels, maintenance des infrastructures d’accueil, sensibilisation ou encore éducation à l’environnement.

Un contrat de recherche et développement a par ailleurs été établi avec Bretagne Vivante, de manière à poursuivre les suivis menés depuis de nombreuses années sur l’océanite tempête.

Réglementation dans la réserve

En milieu insulaire, les espèces et les espaces, déjà soumis à de fortes contraintes environnementales (érosion, conditions climatiques extrêmes), sont particulièrement sensibles aux perturbations d’origine humaine.

Le décret n°2021-1149 fixe les règles relatives à la protection du patrimoine naturel, à l’accès au public et à la circulation, ou encore aux activités de loisirs ou professionnelles, dans le périmètre de la Réserve. Le feu, le camping et le bivouac, les chiens, le dépôt de déchets, le survol par drone, ainsi que toute cueillette, sont notamment interdits.

L’accès du public aux parties terrestres des îles de Bannec et ses îlots annexes, Béniguet et Litiri, est également interdit. Ces règles de circulation et d’accès aux îlots et à certaines parties d’estrans seront prochainement complétées par un arrêté préfectoral. L’accès aux secteurs les plus fragiles ou accueillant des espèces sensibles, sera ainsi réglementé sur tout ou partie de l’année.

Dans cette rubrique :