Chiffres clés

Filtrer par thématiques
Réinitialiser les filtres
FILTRER
  • x
    Indicateur vidéo - Espaces protégés

    Regarder la vidéo

    Le 22 juillet 1960, la France se dotait de la loi n° 60-708 relative à la création de parcs nationaux.

    Un espace protégé (ou aire protégée) est un espace géographique clairement défini et géré afin d’assurer à long terme la conservation de la nature ainsi que les services écosystémiques et les valeurs culturelles qui lui sont associés.

    7% des surfaces protégées dans le monde sont en France
    ↪ 3 400 160 km² de surfaces marines protégées
    ↪ 200 710 km² de surfaces terrestres protégées

    En métropole comme dans les Outre-mer, plusieurs dispositifs protègent ces espaces avec différents niveaux de protection, d’intégration des activités socio-économiques et différents modes d’action :

    • Parcs nationaux de France
    • Parcs naturels régionaux de France
    • Parcs naturels #marins
    • Sites #Natura2000
    • Réserves intégrales
    • Réserves naturelles, etc.

    L’office français de la biodiversité (OFB) est gestionnaire ou co-gestionnaire de certaines aires protégées. Il apporte son appui technique aux réseaux de gestionnaires d’aires protégées et contribue également aux stratégies nationales en lien avec les espaces protégés.

    Indicateur Métropole Indicateur Outre-mer Aires marines protégées

  • x
    Indicateur vidéo - Les Français et la biodiversité

    Regarder la vidéo


    Le 22 avril, c'est le Jour de la Terre !

    L’occasion de se rappeler que la biodiversité est l'affaire de tous !

    En 2019, 32% de la population française considère que la disparition de certaines espèces végétales ou animales fait partie des deux problèmes liés à la dégradation de l'environnement les plus préoccupants avec le réchauffement de la planète.

    S'intéresser à la biodiversité, c'est chercher à mieux comprendre les liens et les interactions qui existent dans le monde vivant.

    Adapter nos modes de vie à la préservation des milieux qui abritent des centaines d'espèces ou encore consommer différemment pour mieux protéger la nature qui nous entoure, sont autant de gestes du quotidien qui apportent leur pierre à ce grand édifice.

    La coopération à un programme de sciences participatives permet aussi à tous les citoyens de devenir acteur de la préservation de la biodiversité.

    En savoir plus

  • x
    Indicateur vidéo - EEE

    Regarder la vidéo

    Les espèces exotiques envahissantes (#EEE) sont des espèces animales  ou végétales, introduites volontairement ou non par l’Homme, en dehors de la zone géographique où ces espèces sont naturellement présentes.

    Leur implantation et leur propagation peuvent générer des déséquilibres écologiques irréversibles avec parfois de lourdes conséquences sur les activités économiques ou la santé humaine.

    En France, la  Stratégie nationale relative aux #EEE, publiée en 2017, propose un cadre pour assurer la mise en œuvre de la réglementation européenne et répondre à nos engagements internationaux.

    L'OFB est l'un des membres du comité de pilotage de cette stratégie et un acteur majeur dans la mise en place d'une gestion concertée, pratique et efficace des ces espèces.

    Pour accompagner l’ensemble des acteurs 🤝 concernés dans leurs réponses face à ce phénomène, le Comité français de l'UICN et l’OFB ont déployé un centre de ressources sur les EEE.

    Son objectif principal est d’améliorer l’efficacité des démarches de prévention et de gestion des invasions biologiques et d’accompagner les politiques nationales sur le sujet.

    Indicateur Métropole Indicateur Outre-mer

  • x
    Indicateur vidéo - Forêts et biodiversité

    Regarder la vidéo

    Le 21 mars, c'est la Journée internationale des forêts !

    La forêt couvre 85% des Outre-mer et 31% de la métropole.

    La forêt est un milieu riche qui abrite une biodiversité importante dont les bénéfices sont innombrables : décomposition de la matière organique, structuration du sol, alimentation de la faune sauvage, dispersion des graines...

    Une forêt est plus favorable à la biodiversité si elle abrite du bois mort et de très gros arbres, 1/4 des espèces forestières en dépendent : habitat d'oiseaux, abri de petits mammifères, lieu de développement d'insectes saproxyliques (décomposeurs du bois) et de champignons.

    Pour mieux sauvegarder la biodiversité forestière il est donc nécessaire d'adapter la gestion forestière aux exigences de chaque type d'habitat et de conserver des espaces en libre évolution.

    Ainsi l'OFB et l'@ONF vont renouveler leur partenariat afin de  conjuguer leurs efforts et leurs compétences au service de la protection et de la reconquête de la biodiversité.

    En savoir plus

  • x
    Indicateur vidéo - Liste rouge des espèces menacées

    Regarder la vidéo

    L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) vient de mettre à jour sa Liste rouge des espèces menacées.

    La France est le 6ème pays hébergeant le plus grand nombre d’espèces menacées : 1 606 espèces menacées au niveau mondial sont présentes sur son territoire, en métropole et en outre-mer.

    Quelques chiffres des espèces menacées de disparition en France métropolitaine : 14% des mammifères, 24% des reptiles, 23% des amphibiens et 32% des oiseaux nicheurs, 19% des poissons d’eau douce, 28% des crustacés d’eau douce, 15% des espèces d’orchidées…

    En Outre-mer, plus d’un tiers des espèces d’oiseaux de La Réunion sont menacées ou ont déjà disparu de l’île, et un tiers des oiseaux nicheurs en Guadeloupe.

    Pour inverser la tendance et préserver la biodiversité, certaines espèces bénéficient d’un statut de protection légale. Il est donc interdit de les chasser, de les cueillir, de les détruire ou de les déplacer à tous les stades de leur développement.

    L’Office français de la biodiversité pilote, coordonne ou participe à plusieurs programmes et plans nationaux d’actions en faveur de leur protection comme les tortues marines en Guyane, le saumon, le loup, l’ours brun, le vison d’Europe, le Balbuzard pêcheur et le Pygargue à queue blanche... et des unités sont dédiées à leur préservation.

    En savoir plus

  • x
    Indicateur vidéo - Grands prédateurs

    Regarder la vidéo

    Le loup (Canis lupus), le lynx (Lynx lynx) et l’ours brun (Ursus arctos) sont trois espèces protégées inscrites sur la liste rouge des espèces menacées en France.

    Après avoir complètement disparu du territoire métropolitain, ils sont aujourd’hui présents sur 5,5% du territoire.

    Placés au sommet de la chaîne alimentaire, ils jouent un rôle majeur dans le maintien d'un équilibre écologique essentiel à la nature.

    En France, ces espèces sont considérées comme un enjeu de premier ordre et des plans nationaux d’action (PNA) ont vu le jour pour l’ours, le loup et le lynx.

    Les réseaux Loup-Lynx et Ours brun pilotés par l’OFB permettent de suivre la dynamique actuelle des populations de grands prédateurs.
    Ces réseaux sont composés de nombreux correspondants multipartenaires professionnels et bénévoles qui assurent le suivi et étudient les populations et l’évolution des aires de répartition de ces espèces sur le territoire.
    Ils permettent d’obtenir des informations fiables et robustes sur le plan scientifique et aident ainsi à la prise de décision pour concilier à la fois la préservation de ces grands prédateurs avec les intérêts des populations et notamment de la profession agropastorale.

    En savoir plus

  • x
    Déclin des oiseaux spécialistes
    https://bit.ly/3fBezGA

    Regarder la vidéo

    En France, les oiseaux des campagnes françaises disparaissent à une vitesse vertigineuse avec -38% entre 1989 et 2018.

    Pour inverser cette tendance, il faut faire évoluer les pratiques agricoles et l’urbanisme.

    Ainsi des communes et intercommunalités s'engagent dans le programme « Territoires engagés pour la nature » qui vise à faire émerger, reconnaître et valoriser des plans d'actions en faveur de la biodiversité.

    Des réseaux s’organisent, comme  le réseau "Agrifaune" qui rassemble les acteurs des mondes agricole et cynégétique et contribue au développement de pratiques agricoles qui concilient économie, agronomie, environnement et faune sauvage.

    Et des citoyens s’engagent dans des programmes participatifs comme Vigie Nature pour contribuer à la recherche et l’amélioration des connaissances en observant la biodiversité au quotidien.

    En savoir plus

  • x
    Indicateur vidéo - Qualité écologique des eaux de surface

    Regarder la vidéo

    En France, on recense environ 11000 cours d'eau, plans d'eau, eaux littorales, en 2015, 44,2% des eaux de surface sont considérées en bon ou très bon état écologique.

    Les cours d'eau, lacs, étangs, milieux humides, estuaires ou lagunes constituent des écosystèmes uniques et indispensables à la biodiversité et aux êtres humains.

    Ces milieux aquatiques fournissent de nombreux services directs et indirects : nourriture, énergie, loisirs, etc.

    Leur étude permet de mieux les connaître, à la fois pour garantir leur protection, mais aussi pour pérenniser les usages et services qui en découlent.

    La politique de l’eau en France est encadrée par la directive-cadre européenne sur l’eau publiée en 2000. Ce texte définit la notion de « bon état des eaux », vers lequel doivent tendre tous les États membres, dont la France.

    Pour la mise en œuvre des politiques publiques de protection de l'eau l’État s’appuie sur plusieurs établissements publics spécialisés dont l'Office français de la biodiversité, en charge de plusieurs missions :

    • collecter des données et produire des connaissances sur l’état des milieux aquatiques ;
    • mener des actions de restauration des milieux ;
    • fournir des avis techniques aux services de l’État dans le cadre de la police de l’eau et exercer la police judiciaire pour faire respecter les prescriptions réglementaires ;
    • assurer la coordination technique nationale du système d’information sur l’eau ;
    • organiser le recueil et la valorisation des informations, notamment dans le cadre du système européen d’information sur l’eau.

     

    En savoir plus

  • x
    Indicateur vidéo - Prairies permanentes

    Regarder la vidéo

    Les prairies permanentes sont les poumons des milieux agricoles. Synonyme de biodiversité végétale et animale, elles ont aussi la capacité de stocker du carbone et de freiner l’érosion.

    Pour maintenir les équilibres écologiques, elles devraient représenter au moins 20% de chaque territoire agricole.

    Il est important de favoriser des pratiques agricoles plus durables, favorables pour la biodiversité et qui préservent les ressources naturelles de la planète.

    L’agroécologie est une des solutions, elle vise à réduire les impacts environnementaux (sur l’eau, les sols, la biodiversité…) tout en répondant aux besoins économique et alimentaire.

    En savoir plus

  • x
    Indicateur vidéo - Habitats naturels

    Regarder la vidéo

    En France, seulement 20% des habitats remarquables (forestiers, humides, marins et côtiers) sont en état favorable.

    Pour inverser cette tendance, il faut mieux connaître et protéger ces habitats. Il est aussi possible de les restaurer, avec des opérations de réhabilitation, comme dans la Réserve nationale de chasse et de faune sauvage des Bauges où la biodiversité de l'alpage d'Armène est menacée par l'arrêt du pastoralisme.

    Les espèces animales et végétales ont elles aussi le droit un habitat en bon état. #JourneeMondialedelHabitat

    En savoir plus

  • x
    Indicateur vidéo - Artificialisation des sols

    Regarder la vidéo

    La France perd tous les 10 ans l’équivalent d’un département de terres agricoles et d’espaces naturels.

    Avec le Plan biodiversité, le gouvernement s’est fixé un objectif de “zéro artificialisation nette”.
    Pour freiner cette artificialisation des sols, le rapport de France Stratégie met en avant la révision des règles d’urbanisme pour limiter l’étalement urbain (densification de l’habitat), le renouvellement urbain ou encore la renaturation des terres.

    Afin d’accompagner les collectivités et les entreprises le Ministère de la Transition écologique et l’Office français de la biodiversité ont imaginé l’initiative “Engagés pour la nature”.

    En savoir plus

  • x
    Indicateur 18% des espèces sont menacées ou éteintes - Olivier Debuf. Crédit photo : Pixabay License
    18%

    des espèces sont menacées ou éteintes au 18 juin 2019.

    En savoir plus

  • x
    Indicateur Plus 21% de participants à la Fête de la Nature - Olivier Debuf. Crédit photo : Séverine Bignon / Office français de la biodiversité
    + 21%

    de participants à la Fête de la Nature sur la période 2009-2018.

    En savoir plus

  • x
    Indicateur 11% des paramètres liés à l'état des écosystèmes sont inconnus - Olivier Debuf. Crédit photo : Thomas Debuf
    6 jours

    Les oiseaux migrateurs arrivent 6 jours plus tôt en 2017 qu'en 1989.

    En savoir plus

  • x
    Indicateur 32% des français trouvent la disparition du vivant plus préocupante - Olivier Debuf. Crédit photo : Pixabay License
    32%

    des français considèrent que la disparition du vivant fait partie des problèmes environnementaux les plus préoccupants en 2019. La question était : Parmi les problèmes suivants liés à la dégradation de l'environnement, quels sont les 2 qui vous paraissent les plus préoccupants ?

    En savoir plus